Politique bioalimentaire 2018-2025

La Politique bioalimentaire 2018-2025 a été dévoilée le 6 avril dernier. Bénéficiant d’un budget de quelque cinq milliards de dollars pour une période de cinq ans, cette politique rassembleuse mobilise le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ),...

Les attentes du consommateur au cœur des priorités

La Politique bioalimentaire 2018-2025 a été dévoilée le 6 avril dernier. Bénéficiant d’un budget de quelque cinq milliards de dollars pour une période de cinq ans, cette politique rassembleuse mobilise le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les autres ministères concernés ainsi que de nombreux partenaires, autour d’une vision commune: Alimenter notre monde… avec un secteur bioalimentaire prospère, durable, ancré sur le territoire et engagé dans l’amélioration de la santé des Québécoises et des Québécois.

Trois défis seront relevés avec les partenaires:

  1. répondre aux attentes des consommateurs à l’égard de la santé et de l’environnement;
  2. accroître les activités des secteurs de production, des pêches et de transformation alimentaire au Québec;
  3. accroître la présence des produits bioalimentaires d’ici sur les marchés du Québec, du Canada et de l’étranger.

Sept cibles ambitieuses et déterminantes pour le secteur bioalimentaire

La Politique vise l’atteinte de sept cibles retenues par les partenaires lors du Sommet sur l’alimentation, de novembre 2017. Ces cibles révèlent jusqu’à quel point le secteur bioalimentaire est stratégique pour le Québec, en raison du rôle de premier plan qu’il remplit au regard de l’alimentation et de son apport au développement durable, à la santé, à l’économie et à la vitalité des territoires:

  • Investir 15 milliards de dollars en production agricole et aquacole, dans les pêches et en transformation alimentaire;
  • Accroître de 6 milliards de dollars les exportations bioalimentaires internationales du Québec;
  • Ajouter 10 milliards de dollars de contenu québécois dans les produits bioalimentaires achetés au Québec;
  • Augmenter la part des entreprises agricoles et de transformation alimentaire québécoises ayant implanté des pratiques d’affaires responsables;
  • Doubler la superficie en production biologique;
  • Augmenter de 52 % à 70 % la part des volumes de produits aquatiques québécois écocertifiés;
  • Améliorer la valeur nutritive des aliments transformés au Québec.

La Politique s’articule autour de quatre grandes orientations:

  • Une offre de produits répondant aux besoins des consommateurs;
  • Des entreprises prospères, durables et innovantes;
  • Des entreprises attractives et responsables;
  • Des territoires dynamiques contribuant à la prospérité du bioalimentaire.

Un travail de collaboration

De portée gouvernementale, la Politique bioalimentaire 2018-2025 est le résultat d’une étroite collaboration avec les représentants des consommateurs et de l’ensemble de la chaîne bioalimentaire – agriculture, pêches, transformation, distribution de gros, vente de détail, services alimentaires et restauration – de même qu’avec les milieux municipaux, de la santé, de l’environnement, de l’économie et de la recherche.

Coup d’œil sur l’avenir

Le lancement de la Politique bioalimentaire 2018-2025 a marqué la fin d’une étape de coconstruction et le début d’une étape de coréalisation. Sous le leadership du MAPAQ, la mise en œuvre de la Politique repose sur une responsabilité partagée entre les partenaires et nécessite leur pleine participation à l’atteinte des cibles et des objectifs.

Au cours des années à venir, la réponse aux attentes des consommateurs, le travail d’équipe et la concertation seront à l’honneur. La rencontre annuelle des partenaires de la Politique permettra de renouveler les efforts et de faire le point sur les progrès accomplis et sur les améliorations à apporter pour assurer une mise en œuvre fructueuse.

À consulter

  • Politique bioalimentaire 2018-2025 – Alimenter notre monde
  • Alimenter notre monde. La politique en un coup d’œil
  • Plan économique du Québec. Bioalimentaire – Une priorité économique et une occasion d’améliorer la santé des Québécois (fascicule budgétaire)
  • Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation
  • Sommet sur l’alimentation (2017)
Commentaires